EcoSimCity en France et en Suède. A nous de jouer !

A quoi ressemblera la ville de demain ? Défis, visions et perspectives. L’Institut Suédois à Paris nous invitait ce printemps à un regard croisé sur les éco-quartiers en Suède et en France avec deux exemples :umea_durableÅlidhem à Umeå et Camp Countal au Séquestre
 
Une volonté de « faire autrement » du nord…

Umeå, capitale culturelle européenne 2014, candidate au titre de capitale « verte » en 2016, est la plus grande ville du nord de la Suède, une région à hauteur du cercle polaire, marquée à la fois par les grands espaces aux conditions extrêmes et des villes dynamiques créatives.

L’éco-quartier Ålidhem à Umeå, lauréat en 2013 du Prix européen de l’énergie durable, est unique dans le sens où la notion de développement urbain durable y est synonyme de changement social, environnemental, technique et économique. Le projet a permis une réduction significative de la consommation d’énergie et a pleinement misé sur les énergies renouvelables: parc photovoltaïque (l’un des plus grands de Suède), nouvelles utilisations du réseau de chauffage urbain (99% d’énergies non-fossiles), suivi individualisé de la consommation d’électricité et d’eau…

« Adhilem est un quartier qui n’est ni pauvre, ni riche », affirme Albert Edman, responsable du développement durable à la municipalité d’Umea. « Il est très international et on y trouve beaucoup d’étudiants. La majorité des habitants sont locataires. Il fallait donc que nous fassions très attention à ce que les loyers n’augmentent pas de plus de 10 % ».

Une stratégie de dialogue a été développée et mise en oeuvre avec les habitants, des étudiants, la municipalité et la société foncière tout au long de la rénovation des 405 appartements et de la construction des 137 nouveaux logements.

…et au sud !

Première commune du Tarn et la plus petite de France à se lancer dans un « Agenda 21 » dès 2004, Le Séquestre a mis en place une série de mesures de développement durable pour son territoire. Parmi les nombreuses actions menées, on peut citer l’éclairage public basse consommation, un réseau de pistes cyclables, une tarification progressive de l’eau pour une plus grande équité sociale et financière, des poubelles publiques bi-compartimentées, la plantation d’arbres pour les nouveaux nés ou bien le ramassage scolaire à pied plus connu sous le nom de « Séqu’à pied » …

Depuis 2002, la commune s’est engagée dans un projet d’EcoQuartier porteur d’une volonté de se réapproprier et vivre la ville autrement. Bénéficiant de la vue et de la proximité des paysages agricoles et boisés, les parcelles répondent au caractère « urbain » de ce quartier où commerces, école et lieux de loisirs sont accessibles à pied ou en vélo. Avec l’objectif de protéger la biodiversité, c’est aussi une manière d’éviter l’urbanisation galopante et de permettre aux budgets restreints d’acquérir un terrain.

Mais au-delà des éléments de conception, ce projet est avant tout une aventure humaine, une histoire qui s’écrit au cours du temps. Chaque porteur de projet, entreprise, habitant, architecte, constructeur contribue à amender l’idée initiale ; le concept urbanistique reste constant, mais les aventures humaines adaptent et améliorent l’application concrète sur le terrain.

Aux yeux de Gérard Poujade, maire depuis 2001, la notion de développement durable concerne en effet l’environnement, mais aussi l’humain, et notamment la lutte contre la pauvreté. La baisse de la consommation d’eau et d’électricité induite par ces nouvelles constructions est d’ailleurs une aubaine pour les petites bourses : « L’éco-quartier est une manière de réinventer la ville en la réconciliant avec la nature et en la construisant avec ses habitants. »

Une réflexion sur l’avenir pour préparer l’arrivée des nouveaux arrivants dans un habitat respectueux de l’environnement, prenant en considération les attentes des populations les plus en rupture avec la société actuelle, intégrant une dimension économique de proximité et de recherche. Lire plus ici : http://www.lesinrocks.com/2014/05/30/actualite/les-eco-villes-demain-11507792/