Copenhague et les pays scandinaves plébiscités par le Global Green Economy Index (GGEI)

À l’heure où Bruxelles rehausse ses ambitions de réduction de gaz à effet de serre pour 2030, le cabinet privé américain Dual Citizen LLC publie la quatrième édition du Global Green Economy Index pour classer les meilleurs et les plus mauvais élèves de l’économie verte.

Les pays scandinaves : grands gagnants de l’étude américaine

L’étude américaine a analysé le comportement éco-responsable de 70 villes et 60 pays. Copenhague arrive en tête des villes les plus vertes tandis que la Suède décroche la première place du classement. La Norvège suit la Suède en termes de performance des politiques environnementales et l’Allemagne en termes de perception des enjeux du développement durable.

Une fiscalité « verte » a bonne escient

Au niveau des pays, la fiscalité « verte » accompagnée d’incitations fiscales semble être de loin la recette la plus efficace pour modifier les comportements. En Suède, par exemple, l’éco-taxe n’épargne personne et ne fait pas même de cadeau aux foyers les plus pauvres. Bien que les Suédois comptent parmi les contribuables les plus sollicités au monde, les impôts sur l’impact écologique ne sont en rien controversés. Le PIB du pays n’en a pour autant pâti, puisqu’entre 1990 et 2009, le produit intérieur brut a progressé de 20%. Du pneu écolo Hankook KINERGY ECO K425 disponible sur tirendo.fr au chauffage collectif éco-responsable, les Suédois sont parés face à l’éco-taxe.

Une politique urbaine durable

Il n’est pas étonnant que Copenhague ait été distinguée encore une fois par ce classement. Le maire de la ville Frank Jensen développe depuis 2010 une politique ambitieuse de diminution des émissions de gaz à effet de serre. De même, Stockholm, placée à la 3ème place du classement, a mis en place des mesures très strictes notamment sur le trafic urbain ou encore en promouvant les éco-quartiers.

La ville a par exemple instauré un système de péage très efficace qui pénalise les voitures circulant aux heures de pointe. La mesure a contribué à faire baisser la circulation de 20% en 6 ans.