#Théâtre: Et si des canards pouvaient régler le climat par la #Ferrer Comedy Conf’ ?

Dans la peau d’un conférencier scientifique, Frédéric Ferrer, auteur, acteur et metteur en scène mais également géographe de formation traite avec intelligence et humour des sujets aussi farfelus qu’insolites autour de la préoccupation majeure de notre époque : le dérèglement climatique.
Dans son style artistique de cartographies théâtrales, qu’il nomme l‘Atlas de l’Anthropocène, il traite avec érudition et humour le fruit de ses enquêtes sur des territoires inattendus et propose des réponses dans des conférences-spectacle décalées, à travers des dialogues délirants et parfois désopilants.

Deux conférences sont présentées au Théâtre de l’Atelier à Paris en alternance à 19h
A la recherche des canards perdus ( les mardis), De la morue (les mercredis) jusqu’au 19 juin.
Francofil a vu la première conférence, A la recherche des canards perdus, et l’artiste s’est inspiré d’une expérience réelle, très sérieuse de la Nasa, une expérience scientifique pour mesurer la vitesse du réchauffement climatique dans l’Arctique:
En septembre 2008, la NASA lâche 90 canards de bain en plastique jaune dans un des glaciers du Groenland, le Jakobshavn, pour mesurer la vitesse du réchauffement climatique. Lâchés dans un puits de glace – un moulin, en glaciologie -, ils étaient censés témoigner de l’existence – ou non – de courants sous glacière, c’est-à-dire d’eau liquide, qui favoriserait le glissement rapide du glacier sur le continent et donc la perte rapide de glace dans cette partie du monde. Les scientifiques pensaient récupérer les canards dans l’océan, quelques semaines plus tard dans la Baie de Disko mais ils n’ont jamais été retrouvés…
Où sont passés les canards ? Sont-ils prisonniers du glacier ? Sont-ils déjà sortis et personne ne les a vu passer pas même les pêcheurs groenlandais ? Et si on retrouvait un canard à des milliers de kms plus au sud? Au large de Terre Neuve ? Le long des côtes québécoises ? Devant la statue de la Liberté ? Dans le golfe du Mexique ? Ou plus au Nord ? Prisonniers de la banquise ? Au large de Thulé? Sur les côtes russes de l’océan glacial arctique ? Les canards ne détiennent ils pas la clé des bouleversements du monde ? Et c’est peut-être aussi le cas de la morue, sujet de la deuxième conférence (que Francofil n’a pas vu !), qui elle aussi a disparu !!

Pendant 1h 15 d’une démonstration aussi savante que saugrenue, Frédéric Ferrer, à l’aide d’un écran, un vidéo projecteur, un ordinateur, un micro casque, une table et un tableau blanc, pose des questions cruciales et trouve des réponses aussi évidentes qu’absurdes, qui appellent d’autres interrogations alarmistes auxquelles le spectateur est invité à s’approprier. 

Frédéric Ferrer propose une dizaine d’autres cartographies décalées de sa quinzaine d’années de recherches passionnantes et créations souvent déroutantes et parfois désopilantes, parmi lesquelles Les Vikings et les satellites (2010) et Pôle Nord (2013)

Crédits photos: Théâtre de l’Atelier, Cie Vertical Détour